Pourquoi isoler en liège ?

Pourquoi isoler en liège ?

Le liège est entre toutes les matières naturelles celle qui détient les meilleures propriétés d’isolation. Le liège se présente sous forme de panneau d’aggloméré expansé ou de vrac. Il ne souffre d’aucune altération et garde toutes ses qualités indéfiniment.

En effet, ses qualités mécaniques et physiques en font un champion toutes catégories de l’isolation : il est efficace contre les basses températures et les fortes chaleurs, contre les vibrations et il ne pourrit pas sous l’effet de l’âge (des bouteilles de vin plus que centenaires ont toujours leur bouchon d’origine). Il supporte l’humidité et l’eau, sans se tasser ou perdre ses qualités et il ralentit le feu. Son élasticité lui permet d’éviter les ponts thermiques en épousant les vis, les clous et autres mauvais traitements et lui confère des qualités anti-vibratiles. Grâce à ses performances en termes d’isolation tant thermique que phonique, il ne craint aucun autre matériau, naturel ou pas. Enfin, il résiste aux insectes et aux rongeurs.

L’isolation phonique

Dans un local, le son émis par une source sonore se réfléchit sur toutes les surfaces et persiste après que la source sonore se soit tue : ce phénomène s’appelle la réverbération.
Le temps de réverbération est le temps nécessaire pour que l’intensité du son résiduel devienne un million de fois plus faible que le son primitif.

Un temps de réverbération élevé donne origine à de mauvaises conditions acoustiques : il faut revêtir les murs, le plafond et le plancher d’un matériau absorbant caractérisé par son coefficient moyen d’absorption :

10 mm = 0,3 %, soit une absorption des bruits de 30 %.
Affaiblissement des bruits extérieurs :
Liège 30 mm = affaiblissement moyen 30 dB
Liège 15 mm = affaiblissement moyen 4 dB
L’isolation phonique ou acoustique s’étudie à 3 niveaux :
Correction acoustique d’une ambiance : réduction du niveau sonore en dB (décibels) et réduction du temps de réverbération.
Isolation acoustique de la transmission des bruits aériens : réduction des transmissions sonores (voix, appareils, …) provenant de l’extérieur (salles contiguës ou extérieur) et se propageant par les parois, planchers, couvertures, et aussi portes et fenêtres.
Isolation acoustique des bruits de percussion : réduction de bruits d’impacts sur les dalles et transmis par étage. Dans ces 3 cas, le liège expansé permet de « casser » les propagations sonores.
Les isolants dit « mince » doivent, pour être efficace, avoir un vide d’air qui rend leurs comparatifs ainsi que leurs coefficients d’absorption très aléatoires.

L’isolation thermique

Le pouvoir isolant d’un matériau est fonction de son coefficient de conductivité thermique λ qui est la quantité de chaleur transmise en une heure à travers un matériau de 1 m d’épaisseur pour une différence de température de 1°C de part et d’autre des surfaces.

Plus le λ est faible, plus le pouvoir isolant est grand.
LIEGE λ : 0,034 kcal/m.h.3°C
A titre de comparaison :
λ : BRIQUE = 0,62
λ : BOIS = 0,10
λ : LAINE DE VERRE / CHANVRE = 0.04
λ : LAINE DE MOUTON = 0.035
Note technique

Utilisé pour réaliser l’isolation d’une paroi, un matériau donné, caractérisé par son épaisseur
« e » et par son coefficient λ intervient en augmentant la résistance thermique de la paroi.
Les isolants dits « mince » doivent, pour être efficace, avoir un vide d’air qui rend leurs
comparatifs ainsi que leurs coefficients lambda très aléatoires.

La chaleur perdue par une paroi en 1 heure est :
Q = K S (t i – t e ) << Différence de température de part et d’autre

S est la surface de la paroi.

K est le coefficient de transmission thermique de la paroi. C’est la quantité de chaleur transmise par heure et par m² de surface à travers la paroi pour une différence de température de 1° C pour l’air de part et d’autre de cette paroi.

K s’exprime en kcal/h.m².°C
Il y a donc intérêt à avoir un K le plus faible possible.