Isolation des sols

 

Le schéma ci-dessous, explique brièvement l’isolation des DALLES DE SOL

(béton par exemple)

 

  • Pour les épaisseurs des panneaux voire épaisseurs conseillées

(tient compte du lieu, de la hauteur et du type de chauffage de l’habitation).

  • Le liège est collé par un collage à plein ou enduisage complet (comme pour le carrelage)
  • On ajoute par-dessus une dalle flottante qu’on recouvre par un revêtement de sol

(parquet, moquette, etc)

  • Pour ne pas créer un pont thermique avec l’espace entre les panneaux du sol et ceux

des parois verticales, on fait bien attention de les faire coïncider entre eux pour former un

tout homogène.

  • On place alors des semelles en liège sous les plinthes (cela remplacera en quelque sorte

le mastic).

 

 

 

 

Le schéma ci-dessous, explique brièvement l’isolation des SOLS ENTRE ETAGES

 

  • Pour les épaisseurs des panneaux voire épaisseurs conseillées

(tient compte du lieu, de la hauteur et du type de chauffage de l’habitation).

  • Le liège est placé entre deux panneaux de bois.
  • Celui du niveau inférieur est cloué aux chevrons.
  • Le liège est ensuite cloué à ce dernier.
  • Puis, un second panneau de bois est ensuite collé sur le liège.
  • Enfin, le revêtement peut être du parquet, lino, etc.
  • Les plinthes sont précédées par des semelles comme pour l’exemple précédent.

 

 

 

 

Le schéma ci-dessous, explique brièvement l’isolation AVEC DES RUPTURES DE SOLS

 

  • Pour les épaisseurs des panneaux voire épaisseurs conseillées

(tient compte du lieu, de la hauteur et du type de chauffage de l’habitation).

  • Le liège est collé sur la dalle de sol en enduisage complet.
  • Le tout serait recouvert d’une dalle flottante.
  • Pour rompre efficacement entre un sol isolé et un autre non-isolé, on utilise un joint

souple.

  • Celui-ci est recouvert d’un couvre-joint pour ne pas perdre en étanchéité

 

 

 

 

Le schéma ci-dessous, explique brièvement l’isolation malgré les PASSAGES TUYAUTERIES

 

(isolation anti-vibrations)

 

  • Pour les épaisseurs des panneaux voire épaisseurs conseillées

(tient compte du lieu, de la hauteur et du type de chauffage de l’habitation).

  • Le liège est collé sur la tuyauterie. Il est coincé par les panneaux horizontaux et la dalle

de sol qui n’est coulée qu’après l’isolation.

  • Une dalle flottante recouvrira ensuite le tout.
  • Le liège se découpe très facilement au cutter ou à la scie à bois pour des endroits assez

délicats à isoler.

 

 

 

 

Autres exemples d’isolation malgré les PASSAGES TUYAUTERIES

 

(isolation anti-vibrations)

 

  • Pour les épaisseurs des panneaux voire épaisseurs conseillées

(tient compte du lieu, de la hauteur et du type de chauffage de l’habitation).

  • Le liège est parallèle à la tuyauterie sans pour autant la toucher.
  • Cela ne diminue pas ses capacités dans la mesure où l’absorption des vibrations peut se

faire aux abords du foyer (départ de vibrations) ou dans un champ plus élargi.

  • La condition est d’isoler tout le périmètre de circulation des vibrations sinon elles

passeront par les failles issues d’une mauvaise isolation.

  • Les dalles de sol non isolées conduisent très vite les vibrations (surtout le béton).
  • On peut utiliser le même procédé pour des machines émettant de fortes vibrations.